Samedi 22 mars - Maison du Peuple

Maison du Peuple

Place de la liberté

63000 Clermont-Ferrand

Tél : 04 73 17 02 17

Accueil du public du jeudi 20 au samedi 22 mars de 10h à 22h

Voir le plan

Andromakers

Les choses sont pures et soigneusement disposées. Les deux musiciennes jettent des liens, des lianes, lancent des sorts, déroulent des fils… Les tintements lointains et enfantins de synthétiseurs Casiotone, sonnent comme des jouets d’enfants oubliés une brocante. Andromakers est né dans cette brocante où l’illustration est ancienne mais le pouvoir intact. Nadège et Lucille se rencontrent à l'université et jouent ensemble pendant quelques années dans un groupe de hardcore.

Après quelques années au sein de cette formation, les deux Aixoises décident de prendre un virage serré et trocquent leurs guitares contre de vieux Claviers des années 80 usés ou autres Glockenspiel, et boîtes à rythmes... C'est avec seulement 2 morceaux postés sur le web fin 2009, tout de suite relayés par la presse musicale française, qu'elles sont alors révélées au public.

Andromakers enchaîne alors tout de suite avec une tournée de concerts dans toute la France en passant par l'Allemagne, le Portugal, la Suisse...

Leur premier EP «The Golden Hour» (2011) confirme ce goût de la simplicité. Au printemps 2013, les deux filles reviennent avec «Lanterns» un nouvel EP.

Lors d'un concert en 2013 elles rencontrent l'artiste visuel Pixel-°©‐Light et construisent depuis avec lui un Live Audiovisuel dont la première a été présentée lors de Marsatac 2013 (Marseille).

 

Originaires d'Aix-en-Provence, dans le sud de la France, Nadège et Lucille sont les Andromakers. Un duo acidulé qui n'hésite pas à surprendre pour interpeller. Avec, pour principales sonorités, les tintements lointains et enfantins de synthétiseurs Casiotone, les titres de ces deux musiciennes résonnent comme de vieux souvenirs que l'on aurait oubliés dans un vieux coffre, au fin fond du grenier de papé et mamé...

Panoptic : Pierce Warnecke / Christoph Limbach / Yaïr Glotman

PANOPTIC est une performance audiovisuelle hybride entre film analogique et image numérique. La manipulation de bandes filmiques (avec un projecteur Super8) sert de matière première. Les images sont captées en temps réel, traitées et retravaillées par ordinateur, ajoutant une dimension numérique contemporaine et permettant aussi une synchronisation parfaite avec la musique : un set live entre drone hypnotique, électroacoustique dynamique et noise puissante.

Tous trois ayant depuis longtemps une pratique transdisciplinaire dans divers domaines, ils souhaitent relier plusieurs courants des arts sonores et visuels.

 

L’objectif de cette performance est de combiner l’esthétique du travail filmique expérimental avec les pratiques et techniques de la performance audiovisuelle et du cinéma live.

Côté sonore, il s’agit d’un mélange d’une musique improvisée; du drone jusqu’à la noise avec une influence de musiques concrètes et électroacoustiques contemporaines. Une collaboration imaginaire entre la Cellule d’intervention Metamkine et Thomas Ankersmit, ou alors entre Ben Frost et Asynthome ; une image qui pourrait décrire le projet PANOPTIC.

Pierce Warnecke : Vidéo numérique et son live - http://www.piercewarnecke.com

Christoph Limbach : Film argentique - http://emitter19.blogsport.de/

Yaïr Glotman : Electroacoustique - http://www.mephisto-wunderbar.com

St4lk

« La lumière ne brille qu’en présence d’obscurité. » (Francis Bacon)

C’est bien là que vient se positionner le travail de Stalk, avec des compositions parfois douces ou sombres, le musicien se place à la frontière du coté obscur de la ville et de l’humain tout en conservant des flash salvateurs... Songe électro-épileptique et trip glacial, les guitares loopées à la Tim Hecker viennent se mêler à des sons électroniques penchant vers les terribles Burial ou Lorn, allant des rêveries de l’electronica en passant par les méandres du deep dubstep.

Après « A Tale » sorti en 2011, l’artiste a grandi... Deux années plus tard, consacrées à des projets en groupe, musicaux et vidéos, « Brightlights » est une catharsis mêlant mapping, lumières et musique électroniques : l’Homme industriel se laisse enfin guider par les néons de la ville.

Sur scène, entouré de lumières de différents types (barres de strobos- copes, néons, vidéo) le musicien tente de faire entrer le spectateur dans son monde en noir et blanc dans un spectacle contemplatif et sensoriel.

TEMPS REELS / bunq&e-b

Temps Réels est une performance sonore et visuelle dans laquelle le public est spectateur de chaque étape de la création électronique, la manipulation y est partie intégrante de la représentation.

Organisme électronique imprévisible, le système est en constante interac- tion avec ses opérateurs. De l’abstraction à la transe, la percussion minimale hypnotise et évolue de façon organique vers une structure industrielle en gé- nérant des constructions géométriques radicales projetées sur une vasque transparente. Filmées puis reprojetées, elles se jouent des perspectives et des matières, interrogeant la représentation du réel à travers la perception de l’image, de la sensation sonore et du temps.

Temps Réels utilise ou détourne des outils et techniques modernes de création en direct pour réaliser de nouvelles formes de fresques numériques. Il s’agit d’interroger les rapports entre la représentation du réel et les percep- tions que l’on en a. Par l’approche organique des manipulations audio et vidéo la performance vise à replacer le numérique dans la sphère du réel grâce à une scénographie inédite, immersive et spectaculaire.

Arture, l’association des étudiants du département des Métiers de la Culture de l’Université Blaise Pascal (UBP, Clermont-Ferrand) s’associe à VIDEOFORMES et présente «I light you», avec le soutien de l’UBP, du FSDIE et du CROUS. Ce projet participe à la présentation des performances et est aussi l’objet d’un partenariat avec l’Université de Brno et l’Université d’Oklahoma City afin de sensibiliser tous les publics et en particulier universitaires.

http://assoarture.wordpress.com/

bunq / alias Stéphane Bissières - www.stephanebissieres.com

Après un DEM de composition au conservatoire de Pantin, il reçoit les prix SACEM et IMEB en électroacoustique puis fonde en 2005 le groupe électro-instrumental Minivan.

Il crée en 2006 une classe pilote au conservatoire de Juvisy (91) sur l’improvisation électroacoustique et l’élaboration d’installations sonores temps réel, puis enseigne à l'INA. Il collabore avec la société DAFACT sur l’élaboration de nouvelles interfaces de captation gestuelle et le développement d’instruments électroniques. En 2011 il réalise une installation pour le FRESNOY (Lille).

Aujourd'hui musicien électronique, compositeur et producteur, ses travaux s’articulent principalement autour de la notion du vivant dans le contexte numérique.

e-b / alias Etienne Bernardot - www.vimeo.com/etiennebernardot - http://eb-creations.tumblr.com

Après des études supérieures en musicologie et dans l’audiovisuel, il collabore en tant que créateur lumière et directeur de la photographie avec des artistes, notamment au CICV et au Fresnoy à Lille. 
En 1997, il se lance dans l’aventure du Vjaying.
Depuis il ne cesse de produire des vidéos originales. Toutes ces créations font l’objet de diffusions lors de festivals ou de concerts (Festival Vision’R, concerts au Divan du Monde, à Mains d’œuvres, à l’OPA, etc.).

 
En 2003, il co-fonde avec Judith Baudinet, Drumpixhel et Xtronik la compagnie d’Arts Numérique KSKF.

En 2009, il co-fonde avec Laurent Carlier et les Réseaux de la Création, les soirées IRL. Entre 2003 et 2010, il s’est progressivement inscrit dans la recherche d’espaces graphiques qu’il anime et qu’il met en mouvement -création images et lumières- lors de performances musicales, chorégraphiques et théâtrales innovantes.

Aujourd’hui, il conçoit ses propres interfaces informatiques. Depuis 2012, Il est membre et participe à la coopérative d’artistes FÉES D’HIVER. http://www.www.feesdhiver.fr

Newsletter

Inscrivez vous pour recevoir les informations, les appels à projets de VIDEOFORMES